La terminologie Rolex : 10 termes que vous devez absolument connaitre

By Montredo in Lifestyle
décembre 1, 2020
La terminologie Rolex : 10 termes que vous devez absolument connaitre

Dans l’industrie horlogère, la plupart des expressions sont universelles, quelle que soit la marque ou la montre. Mais une fois de plus, Rolex aime suivre ses propres règles, car la marque genevoise a trouvé ses propres noms pour les composants et les matériaux.

Dans notre Rolexicon (1ère partie), nous mettons en lumière les 10 expressions les plus courantes qui n’existent que dans l’univers de Rolex et que vous devez absolument connaître.

10. Cerachrome

Le premier est Cerachrom, une approche brevetée par Rolex pour une lunette en céramique haute performance particulièrement résistante. Cerachrom contient les deux mots « céramique » et « chrome » – mot grec ancien qui signifie couleur -, ce qui en dit long : céramique colorée (lunette). Alors que dans le passé, on utilisait des incrustations d’aluminium coloré qui pouvaient s’effacer avec le temps (voir Rolex Hulk), les lunettes Cerachrom sont pratiquement inrayables. En outre, les problèmes tels que la décoloration due à des facteurs tels que les rayons UV appartiennent désormais au passé.

9. Chronergy

Chronergy est un peu plus technique, car le terme décrit une évolution innovante de l’échappement à ancre suisse. Une brève classification technique : En tant que jonction entre le balancier et le rouage, l’échappement est l’un des composants les plus sollicités d’un mouvement de montre, car il régule en permanence la transmission contrôlée de l’énergie. Il est donc d’autant plus important d’avoir un échappement qui ne soit pas affecté par le magnétisme et les fluctuations de température. Rolex y est parvenu avec l’échappement Chronergy, qui a été présenté pour la première fois en 2015. Pratiquement imperméable aux champs magnétiques et avec un rendement supérieur de 15 %, c’est la dernière génération d’échappements Rolex.

8. Chromalight

Sur les modèles de montres plus sportives, qu’il s’agisse de montres de pilote ou de plongée, les index et les aiguilles sont bien sûr très lumineux, car c’était autrefois le seul moyen d’assurer une bonne lisibilité, même dans des conditions d’éclairage difficiles. Alors que Seiko, par exemple, dispose de LumiBrite et qu’une grande partie de l’industrie horlogère s’appuie sur Super-LumiNova, Rolex a décidé d’opter pour Chromalight. Il s’agit d’une poudre phosphorescente qui est mélangée à de la résine liquide et appliquée ensuite sur les cadrans, les aiguilles et les index. La Chromalight est non seulement considérée comme particulièrement lumineuse, mais aussi très durable.

7. Cyclops

Ce que d’autres fabricants appellent la loupe est un cyclope pour Rolex. Le terme désigne la petite lentille qui agrandit la fenêtre de la date à trois heures – par un facteur de 2,5, soit dit en passant. La légende veut qu’une goutte d’eau ait atterri sur le verre de la montre du fondateur de Rolex, Hans Wilsdorf, alors qu’il se lavait les mains, et qu’il ait alors reconnu son immense potentiel. En 1954, la loupe Cyclope a été présentée pour la première fois sur une Rolex Datejust.

6. Everose

Nous avons déjà abordé le fait que Rolex possède sa propre fonderie dans un de nos précédents articles (voir Combien d’or y a-t-il dans une Rolex en or massif ?). Avoir sa propre fonderie, à son tour, ne peut signifier qu’une seule chose : son propre alliage. Everose est exactement cela, un alliage d’or rose 18 carats qui se compose d’or, de platine et de cuivre. L’Everose est non seulement un régal pour les yeux, mais aussi un alliage particulièrement solide et résistant à la décoloration.

5. Glidelock

La fonction Glidelock dans la boucle de certains modèles Rolex est sans conteste l’une des inventions les plus utiles pour un usage quotidien que Rolex possède dans sa gamme. L’idée est qu’un mécanisme de glissement dans la boucle permet d’ajuster le bracelet, c’est-à-dire de l’allonger ou de le raccourcir, en un clin d’œil, par paliers de 2 mm. En particulier pendant les chaudes journées d’été, lorsque le poignet peut facilement gonfler un peu en raison de la hausse des températures, la fonction Glidelock promet de soulager rapidement lorsque le bracelet devient trop serré.

Important : à ne pas confondre avec l’élément d’extension Fliplock, qui agrandit le bracelet en acier inoxydable de 26 mm d’un seul coup et qui a été conçu pour une utilisation en combinaison de plongée.

4. Oysterflex

Ce qui, à première vue, ressemble à un bracelet en caoutchouc normal est en fait l’un des bracelets de la plus haute qualité et parmi les plus solides sur le marché. Ce que vous ne voyez pas : Les bracelets Oysterflex ont un noyau métallique fait d’un alliage titane/nickel à l’intérieur, ce qui donne au bracelet la stabilité et l’élasticité nécessaires. Ce dernier est à son tour enveloppé d’un élastomère qui est très confortable à porter. Les solides bracelets Oysterflex ont été utilisés pour la première fois sur les modèles Yacht-Master 40 en 2015.

3. Parachrom

L’oscillateur, c’est-à-dire la combinaison du balancier et du spiral, est le mécanisme de régulation de la marche d’une montre mécanique. Le ressort, en particulier, joue un rôle extrêmement important (plus d’informations à ce sujet ici). C’est pourquoi Rolex n’a pas ménagé ses efforts pour mettre au point une solution techniquement innovante. Le nom : Parachrom. Introduit en 2005, le spiral bleu caractéristique avec courbe de fin de course Breguet est le résultat d’une phase de recherche de cinq ans qui a porté ses fruits. Il est résistant aux champs magnétiques et supporte les chocs physiques bien mieux que les ressorts hélicoïdaux classiques des montres.

2. Rolesor

Alors que la plupart des amateurs de montres parleraient simplement de montres bicolores ou à deux tons, Rolex préfère plutôt parler de Rolesor. Ce terme ne décrit essentiellement rien d’autre qu’une montre Rolex dans laquelle les matériaux or et acier inoxydable sont combinés. L’or peut être soit de l’or jaune, soit de l’Everose, tandis que l’acier inoxydable est toujours de l’acier 904L Oyster. Rolex avait déjà protégé le nom « Rolesor » en 1933.

1. Rolesium

Une idée fausse persistante est que le Rolesor est un matériau ou un alliage, mais ce n’est pas le cas. Alors que Rolesor décrit une combinaison d’or et d’acier inoxydable, Rolesium suggère simplement une combinaison de platine et d’acier inoxydable. Le Rolesium a été utilisé pour la première fois en 1999 dans la Rolex Yacht-Master Réf. 16622.


Restez connecté pour notre Rolexion – 2ème Partie  


Menu