Quelques faits importants sur la Grand Seiko

By Montredo in Reviews
février 4, 2020
Quelques faits importants sur la Grand Seiko

Les montres Grand Seiko du Japon font partie des meilleures que l’on peut s’offrir.  Derrière la marque se cachent toutefois quelques faits passionnants. Nous mettons ici cinq d’entre eux en lumière :


5.) La première Grand Seiko voit le jour en 1960

L’entreprise Suwa Seikosha, alors subordonnée à la société mère de Seiko, a été en 1960 la première responsable de la Grand Seiko. Le calibre 3180 intégré, avec une précision de +12 à -3 secondes présentait alors des qualités chronométriques très passables et, même la réserve de marche de 45 h laissait à désirer. Les premières manufactures suisses telles que Blancpain ou Vacheron Constantin avaient déjà derrière elles plus de 200 années d’histoire et pourtant, la besogneuse manufacture japonaise savait déjà ce qu’elle avait à faire : elle était déterminée à fabriquer les meilleures montres au monde.

Grand Seiko
On pouvait également voir la réserve de puissance de 45h.


4.) La concurrence (interne) stimule les affaires : à côté du Grand Seiko, il y avait le King Seiko

L’importance de l’entreprise « Suwa Seikosha », à l’origine de la première Grand Seiko de 1960, est expliquée dans ce deuxième acte : pour consolider sa position dominante, une autre entreprise entre dans la course à la meilleure montre aux côtés de la Grand Seiko. Un an seulement après le lancement de la Grand Seiko, King Seiko, une manufacture horlogère apparue dans le paysage japonais en 1961, réplique promptement. Produites par Daini Seikosha, les montres King Seiko avaient pour ambition d’être meilleures que celles de la marque sœur à tous les points de vue. Dans le cadre de cette rivalité interne, les deux entreprises ont contribué au développement et à la fabrication des garde-temps Seiko Hi-Beat, car elles avaient pour source de motivation sous-jacente la recherche de la précision optimale.

En fin de compte, King Seiko n’a pas réussi à supplanter le grand frère Grand Seiko et y a été incorporé. Qu’à cela ne tienne, la popularité de ces montres auprès des collectionneurs est restée intacte.

King Seiko
“KS” est l’acronyme de King Seiko.


3.) Spring Drive ; l’une des inventions majeures de notre époque dans le domaine de l’horlogerie

Avec le Spring Drive, Grand Seiko a réussi un coup de maître. Ce mouvement innovant est l’aboutissement de 20 années de recherche et de développement. Depuis 1977, plus de 600 prototypes ont été conçus, rejetés, réajustés et toujours perfectionnés.  Le résultat est un mouvement hybride à 85 % mécanique. Il est actionné par un ressort-moteur traditionnel – comme les autres montres mécaniques -, mais dans un deuxième temps, la précision générale est régulée par un cristal à quartz oscillant. Le résultat est une excellente précision et un mouvement des aiguilles de seconde merveilleusement fluide. Sugoi !

Spring Drive
Le 9R65 est l’un des calibres Spring Drive les plus utilisés.


2.) Les Studios Micro Artist au milieu du paysage idyllique de carte postale à Shiojiri, Japon

Il y a Grand Seiko et Grand Seiko. Si beaucoup de composants de la Grand Seiko sont développés et produits dans le Shizukuishi-Studio de la préfecture d’Iwate ou le Shinshu-Studio de la préfecture de Nagato, depuis l’an 200, il existe un autre studio pour les gros calibres (sans mauvais jeu de mots) : les studios Micro Artist. Le Maestro Philippe Dufour a personnellement œuvré pour sa mise en place et a donné des conseils précieux pour garantir des finitions parfaites. Si la gentiane pour l’anglage provenait de Suisse à l’époque, aujourd’hui, avec la gentiane cultivé à Hokkaido, on a un substitut de qualité équivalente. Les studios Micro Artist produisent aujourd’hui la crème de la crème des Grand Seikos, dont les légendaires montres Eichi ou les répétitions minutes Spring Drive.

Shiojiri
Le pittoresque Shiojiri est situé à l’intérieur du pays et se trouve à près de 160 km de la capitale Tokyo. ©Hodinkee

1.) Torque Return System pour réinjecter l’énergie non utilisée

Torque quoi ?
Une réserve de marche de plus de 70 h : rien d’inhabituel chez Grand Seiko. Si l’on ajoute le « Torque Return System », l’on atteint alors soudainement une réserve de marche de 84 heures. Selon le même principe que le chiptuning de voiture, il est possible de mettre à contribution des réserves d’énergie jamais utilisée. Ce système est fondé sur une technologie sophistiquée qui est également mise en œuvre dans les studios Micro Artist.

Torque est le mot anglais pour couple. Lorsque le ressort-moteur principal d’une montre entièrement armé et libère lentement, mais de manière contrôlée de l’énergie sur le rouage, une partie du couple reste inutilisée. En d’autres termes : L’énergie lentement libérée par le ressort n’est pas utilisée de manière optimale, car seulement 30 % de l’énergie est consommée sans avoir d’effet positif sur la précision de la montre. Le Torque Return System opère comme un système de réinjection d’énergie du couple et concentre cette énergie précisément afin de remonter le ressort-moteur. Du pur génie !

Eichi II calibre 7R14
La montre phare de Credor, Eichi II, utilise le calibre 7R14 pour intégrer ces technologies.

Menu